Fév 20 2013

Les Carcérales de Magali Wiener

Le soir de la fête de la musique, sur les quais de la Seine, Rodrigues vient juste pour voir la fille qui lui est chère : Aurélie. Rodrigues n’a d’yeux que pour elle. Après le concert donné par Aurélie, Rodrigues l’invite à boire une bière puis deux. Aurélie est saoule. Rodrigues l’embrasse, la caresse puis plus rien… Le lendemain matin la police frappe à la porte :  Aurélie a porté plainte pour viol.

Le livre ne permet pas de s’évader ni de se divertir mais il sert plutôt à faire réfléchir les gens sur la situation de Rodrigues. Ce texte, même si l’on n’est pas particulièrement sensible dans la vie de tous les jours, peut nous toucher si l’on se met à la place de Rodrigues, avec son attente terrible et les violences en prison. Aurélie, elle, a été agressée par un garçon en qui elle avait une entière confiance. Malgré ces explications on ne sait pas jusqu’à la dernière ligne qui est en faute. L’histoire est donc intéressante et laisse du suspense jusqu’à la fin. Le récit est à la fois étrange et émouvant.

Tout au long du roman on apprend comment un accusé vit jusqu’à son procès et comment sont les conditions de vie.

Je recommande donc ce livre qui m’a beaucoup touché. Maintenant c’est à vous de savoir et de vous imaginer (avant la fin) qui est en tort.

Rémi Capillon, lycée Darnet

Lien Permanent pour cet article : http://prixpasserelleslimousin.fr/2013/02/20/les-carcerales-de-magali-wiener-2/